12 JUILLET 2012

 

J’ai mes mots pour le dire

mais ne les trouve pas.

C’est comme ça.

C’est comme ça.

Pas autrement.

J’ai mes mots pour le dire mais ils se serrent, dans un racoin de ma gorge

et m’étouffent.

J’ai mes mots pour le dire et

je préfère me taire. Je préfère ne pas le dire. Comme tant de choses 

ne reviendront pas. 

Comme tant de choses s’oublieront d’elles-mêmes.

 

 Le sais-tu papa qu’à ce point j’ai arrêté d’espérer être ce que tu voudrais tant faire de moi.

 J’ai arrêté, je suis ailleurs

 Vous ne me reverrez plus, et ce sera beau. 

 

 Dyfonctionnels.

C’est mon mot pour l’écrire. 

C’est le mot que je regarde en face

lorsque j’arrête d’espérer. 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :